Données personnelles et jeune génération : comprendre pour mieux se protéger

03/06/2021 Alexandra OLLIVIER

En mai dernier, l’application du Règlement Général de la Protection des Données (RGPD) fêtait ses 3 ans. Consentement, informations, droits divers… Ces mesures pour conserver la vie privée sur Internet n’empêchent pas une méfiance chez les internautes. Est-ce justifié ? Zoom et vérité sur un sujet qui effraie même les plus jeunes utilisateurs.

Si les "millenials" ou génération Z (*), c'est à dire ceux qui sont nés depuis l'année 2000,  sont hyper connectés, en parallèle, ils ne sont pas hyper informés sur l’utilisation de leurs données personnelles... Cette ignorance engendre des peurs légitimes : pour une majorité d’internautes, la vie privée craint sur Internet. Pour limiter ces méfaits, d’après une étude menée par l’association Génération Numérique, 77,64% des mineurs paramètrent leur sécurité en ligne pour la renforcer. Des logiciels anti-espions, décentralisés ou simplement anti-publicitaires sont souvent utilisés. Cette conscience est d’autant plus forte depuis de récents scandales médiatiques : les révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden, Camdbrige Analytica, Wiki Leaks… Mais, les jeunes ont-ils raisons de tant se méfier ?
 
En effet, les craintes se fondent surtout sur les réseaux sociaux et les sites en ligne. Or, le simple fait d’échanger avec sa banque, de posséder une carte de fidélité ou d’acheter un téléphone est une source d’éléments personnels. L’échange de ces informations est inévitable sur des services numériques qui se développent grâce à elles. Cette ignorance est perceptible dans les enquêtes : au total, 79% des personnes interrogés par la société Forgerock ont déjà effectué des achats en ligne, mais seulement 49% ont saisi que cette démarche avait partagé en conséquence leurs données de paiement. Alors, face à une utilisation quasi-quotidienne des réseaux informatiques, la meilleure solution consiste certainement à connaître ses droits. A tort, ces dispositions restent en partie méconnues.
 
Pourtant, en Europe, la protection de la vie privée est sacrée. Depuis 3 ans, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est en vigueur. Ce texte donne suite à une vision philosophique ancienne et centrée sur l’humain où la notion de vie privée mérite le respect. Parmi les mesures, notons d’abord le consentement de l’internaute. Dès mai 2018, une autorisation claire et explicite de la part de l'utilisateur s’est révélée nécessaire avant toute navigation. Sous forme de lien, l’accès vers la politique de vie privée ou une acceptation pré-cochées des différents traitements de vos données sont préalables. A noter : l’accord peut être retiré à tout moment ce qui laisse une marge de liberté et de manœuvre.
 
Aussi, un accent particulier a été mis en place pour les mineurs qui sont les plus vulnérables sur la toile. Désormais, toutes inscriptions d’un enfant sur un site ou un réseau social nécessitent l’autorisation parentale. D’ailleurs, à l’échelle nationale, des pays vont plus loin encore, jusqu’à l’interdiction de Tik Tok en Italie à la suite des influences néfastes de l’application. Cette exposition publique créée aussi des angoisses chez les plus jeunes qui estiment difficile, voire impossible, de supprimer des contenus postés par eux-mêmes. Voici une méconnaissance du droit à l’effacement : le RGPD prévoit un « droit à l’oubli » obligeant Google à tenir compte des requêtes demandant le retrait de certaines publications ou liens les concernant. Un droit qui doit être exécuté par le ou les responsables dans les meilleurs délais !
 
Finalement, les détails à caractère personnel appartiennent à la personne concernée. Alors, elle peut les emporter avec soi d’une application à une autre : le droit à la portabilité l’autorise. Retirer nos renseignements sur Spotify pour les transmettre à Deezer ou encore quitter Facebook pour sa concurrente Diaspora n’a jamais été si facile. Ces mêmes indications, si elles sont piratées, incluent un droit d'information. En réponse à l’affaire de la société Uber en 2017, où 57 millions de clients avaient été dérobés de leurs informations, le gouvernement français et les autorités européennes ont sévi. D’ailleurs, les amendes ont été revues à la hausse afin que le RGPD puisse sanctionner correctement ce type de vol ou tout autre traitement non autorisé.
 
En conclusion, les données personnelles et la vie privée dans le domaine numérique gardent encore une part de mystère qu'il va bien falloir pourtant lever. Pour ce faire, en apprendre davantage sur les droits des internautes et sur le RGPD qui les protègent est une étape idéale. A ce propos, le premier épisode de notre nouvelle web série en partenariat avec 2ISR et le Pôle Nextim a traité de la gestion de nos données. Une manière ludique d'en savoir plus !

(*) définitions de profils générationnels face à l'utilisation du digital. Pour en savoir plus : www.journalducm.com/generations-x-y-z/
 


Facebook Twitter LinkedIn YouTube