smartcity-mag
Habitat Sud Atlantic et Smiile, un partenariat qui rapproche les locataires

13/12/2020 Yannick SOURISSEAU

Bailleur social du pays basque et du sud des Landes (région Nouvelle Aquitaine), Habitat Sud Atlantic (HSA) qui gère un parc de 8 000 logement sur 24 communes, a récemment conclu un partenariat avec le réseau social malouin Smiile. Un rapprochement innovant qui permet aux locataires du bailleur social de bénéficier de services collaboratifs et d’entraide de proximité qui facilitent désormais leur quotidien.

Fondé à Saint Malo en 2014 par David Rouxel, Smiile est un véritable réseau social qui facilite le partage, le lien social et la mutualisation des ressources au quotidien, dont les principes n’ont rien à voir avec ceux, le plus souvent américains, que les internautes ont l’habitude d’utiliser pour échanger des avis sur ce qui défile sur leur mur d’information. Sur Smiile on s’échange des objets, des services et organise même des rencontres, entre voisins, en toute confiance avec des habitants d’un même immeuble, d’un quartier ou d’un village.

Véritable lieu d'échange de la ville locale et citoyenne, cette plateforme qui génère des économies et apporte de nombreux services participatifs, regroupe tous ceux qui contribuent à faire avancer une ville, un quartier, un territoire, c’est-à-dire les habitants, les collectivités, les commerces de proximité, les associations, les collectifs d’usagers… Outil français du bien vivre ensemble, cette plateforme contribue au développement d'une vie sociale plus harmonieuse.
 
Dès lors, pas étonnant qu’un bailleur social qui partage des valeurs similaires soit intéressé par un rapprochement avec cette plateforme. C’est notamment le cas d’Habitat Sud Atlantic (HSA), Office Public de l’Habitat sur le pays Basque et le sud des Landes lequel gère des résidences sur 24 communes avec un parc de 8000 logements pour 14 000 occupants. 
 
« Habitat Sud Atlantic a toujours été tourné vers l’innovation et la qualité de service auprès de ses clients, les locataires en particulier », explique Lausséni Sangare, directeur Général de Habitat Sud Atlantic. « Nous avons souhaité leur offrir une agence digitale leur permettant d’accéder à une palette de services depuis chez eux, en toute autonomie (compte locataire, déclaration d’assurance, paiement en ligne, sollicitation des services d’HSA). Au-delà de cet usage personnel, nous souhaitions absolument créer du lien entre nos locataires, par un réseau d’échange et d’entraide, mais également les informer sur la vie de leur résidence et de leur quartier.»
 
Après plusieurs mois de recherche la solution française Smiile s’imposait pour le bailleur social basque : « pour sa réactivité et surtout sa facilité de connexion avec AAREON, notre système d’information des locataires », ajoute Sandra OssardResponsable de la communication.

Une solution qui permet de gérer la relation locataire dans une approche positive et collaborative
Si HSA fait figure de précurseur en la matière, ce choix est d’autant plus évident qu’une récente étude du sondeur britannique YouGov confirme que pour 7 bailleurs sociaux sur 10, la solidarité et l’entraide sont désormais un enjeu de leur stratégie d’innovation et de services. Encore plus pendant une crise sanitaire comme celle que nous traversons aujourd’hui.
 
« Cette étude confirme ce que nous avons pu observer de l’écosystème Bailleurs Français durant le confinement : une réelle volonté de s’engager, mais une grande variabilité des priorités en temps de crise, et finalement une mise en œuvre des actions qui n’est pas à la hauteur des enjeux », explique David Rouxel, le fondateur de Smiile. « Nos partenaires ont quant à eux pu se mettre rapidement en mouvement, via une plus grande agilité et des actions rapides au quotidien, grâce notamment à la plateforme d’entraide Smiile et à ses capacités en communication ciblée et temps-réel. »
 
Nul doute que si la crise sanitaire a accéléré le processus, engagé avant cette dernière, l’intégration de cette plateforme s’intégrera tout naturellement dans le bouquet de service qu’offre déjà le bailleur social. « Les locataires vont voir leur quotidien simplifié et amélioré : non seulement en facilitant les échanges avec leur bailleur, mais en tissant, dès à présent de véritables liens avec leur voisinage et en s’entraidant les uns les autres », précise El Hadi Basta Directeur Général Délégué d’Aareon France « Des solutions innovantes qui s’allient au service du locataire ! ».
 
Désormais, en plus de signaler une éventuelle défaillance au niveau de leur logement, les locataires pourront échanger du matériel de bricolage, proposer une aide à domicile (garde d’enfant, nettoyage, dépannage informatique, cours particulier…), ou se rencontrer pour mieux se connaitre. Avec ce type de plateforme, les fêtes des voisins s’en trouvent d’ailleurs facilitées.  

Pour le bailleur social c’est une solution gagnante pour gérer la relation locataire de bout en bout dans une approche positive et collaborative. « Ça a très vite pris », souligne Sandra Ossard. « Aujourd’hui on a près de 500 locataires qui sont inscrit sur la plateforme en l’espace de quelques semaines. On peut dire que c’est une vraie réussite ».


 



Facebook Twitter LinkedIn YouTube