smartcity-mag
La crise sanitaire accélérateur des territoires numériques ?

17/11/2020 Stephane LELUX

Si la technologie n’est pas une fin en soi, elle a toujours précédé les usages. Son absence ou retard d’appropriation a des effets structurants sur la société, les usagers et les territoires. C’est ce qu’explique, dans une tribune, Stéphane Lelux, Président de Tactis, cabinet conseil français leader en matière d’aménagement numérique, d’ingénierie et de montage de projets d’innovation territoriale.

La crise du COVI19 a brutalement impacté notre mode de vie, valorisant les réseaux de télécommunication et le numérique dans notre quotidien. Nous vivons cette crise en plein saut technologique majeur. Le passage à la fibre optique en France, remplace désormais le cuivre téléphonique. 

La concomitance de ces deux événements est un fait rarissime. Et l’humain est au cœur de cette transformation.  
Innovation technologique et humain sont intimement liés. Le premier n’a d’intérêt que s’il sert le second, à travers l’émergence de nouveaux usages. Toutefois, il est essentiel de ne laisser personne au bord de ce nouvel autoroute numérique.

Certes une majorité de français est désormais rompue au numérique (réseaux sociaux, smartphones, …). Elle concoure à accélérer la transformation des territoires et à relever les défis des transitions numérique, écologique et sociétale. 

Cependant, certains citoyens ou agents économiques (commerçants, artisans …) sont en décrochages, d’autres mêmes réfractaires à ces transformations.

Les décideurs publics locaux sont confrontés à cette fracture s’accélérant au rythme des débits et de la numérisation de notre société.

Comment mettre en place des territoires « intelligents » veillant à une équité des citoyens face au numérique et à une transformation efficace des services publics ?

Il n’existe aucun modèle unique de territoire intelligent, mais 5 recommandations de bon sens :
  • Mettre l’humain au centre et accompagner le changement notamment par la mise en place de mécanismes durables de médiation.
  • Maîtriser les technologies, car les collectivités doivent gouverner leurs données, leur connectivité, telles l’hypervision et la cybersécurité.
  • Construire des passerelles entre les silos de compétences existants, sans pour autant les casser puisqu’ils garantissent la maîtrise des métiers. Connectivité, capteurs et données sont les composantes universelles de ces verticales métiers, qui permettront, en étant croisées, de gagner en efficacité.
  • Adopter une démarche structurée et pragmatique avec une ambition et des étapes intermédiaires, tout en recherchant des modèles économiques pérennes.
  • Capitaliser sur l’expérience d’autrui. La base de données Innovation territoriale, mise en place par Tactis, référence déjà plus de 700 projets éprouvés. Elle peut constituer une source d’inspiration à adapter pour chaque territoire.


Oser, évoluer, s’adapter. Les territoires doivent s’approprier les transformations technologiques pour mieux tirer parti de leurs spécificités (géographie, sociologie, tissu économique, filières locales ...) et gérer la complexité de leurs métiers. Il en va de leur attractivité et de la qualité de vie pour les citoyens.

Pour relever ces défis, bâtir un « plan France Territoires Numériques » au service de tous semble pertinent. Un partenariat entre Etat, collectivités territoriales, secteur privé, associations et citoyens serait un gage de succès à l’instar du « plan France Très Haut Débit » pour les infrastructures.


Facebook Twitter LinkedIn YouTube