smartcity-mag
Récupérer la chaleur des datacenters pour chauffer la ville

28/02/2020 Yannick SOURISSEAU

Ce n’est pas une surprise, les datacenters, ces lieux qui hébergent les milliers de serveurs sur lesquels sont stockées les données dont la Smart City a besoin, sont d’importantes sources de chaleur, le plus souvent perdues. Pourquoi pas réutiliser cette chaleur pour chauffer les bâtiments situés à proximité ? C’est le cas de la ZAC Ferney-Genève Innovation, une zone résidentielle et tertiaire située à la frontière franco-suisse.

Récupérer la chaleur des datacenters pour réchauffer les bâtiments dans lesquels ils sont situés ou à proximité, l’idée n’est pas nouvelle. Le quartier Chapelle International en cours de construction dans le nord de Paris, le long des voies ferrées de la gare du Nord, va bénéficier d’une énergie plus verte grâce à un réseau de chaleur, en partie alimenté par un datacenter de la ville de Paris.  Cette récupération de chaleur viendra compléter celle produite par une PAC (pompe à chaleur). D’autres projets de récupération de la chaleur produite par les centres de stockage d’information, dans lesquels séjournent des milliers de serveurs, en marche H24, ont vu le jour. Un moyen de compenser la consommation énergétique de ces lieux dont la ville intelligente a besoin pour stocker la masse de données de ses services et capteurs.  
 
Intégrer cette source de chaleur dès la construction d’un quartier résidentiel et tertiaire, en partant du principe que celui-ci aura inévitablement besoin de serveurs pour stocker ses propres données, c’est le concept développé par la APL, un des plus gros cabinets de conseil et ingénierie spécialisé dans la conception et la réalisation de datacenters en France. 
 
A travers sa mission « Organic Design », APL s’engage à créer des datacenters en symbiose avec leur environnement, pour que la multiplication des infrastructures numériques soit compatible avec le développement durable des territoires. 
 
Un principe proposé à la Communauté de communes du Pays de Gex (Ain), pour Ferney-Genève Innovation, un territoire de 65 hectares situé sur la commune Ferney-Voltaire, à proximité immédiate de l’aéroport international de Genève, du quartier des organisations internationales et du CERN, organisation européenne pour la recherche nucléaire, par l’intermédiaire de la société publique locale Territoire d’Innovation (Terrinnov). 
 
Le bureau d’études spécialisé, a reçu pour mission d’étudier « l’opportunité d’implantation d’un data center dont la chaleur fatale alimentera un réseau d’anergie pour chauffer les bâtiments résidentiels et tertiaires d’un nouveau quartier », expose la SPL. Située à la frontière franco-suisse, cette nouvelle zone de développement économique, à faible impact environnemental, s’inscrit dans le projet du Grand Genève.
 

Ferney-Genève Innovation vise l’obtention du label « Territoires à énergie positive »
Pour couvrir les besoins énergétiques de ce nouveau quartier, la SPL Terrinnov s’engage sur la création d’un réseau « d’anergie » pour assurer la distribution énergétique des bâtiments. A la différence des réseaux de chaleur classiques, le réseau d’anergie est un système de production d’énergie décentralisé et multidirectionnel qui permet l’échange d’énergie entre bâtiments en la stockant dans des sondes géothermiques l’été et la redistribuant lors des périodes de forte demande, en hiver. L’équilibre énergétique global sera assuré par un raccordement au CERN, mais également par la construction d’un data center dont la chaleur fatale sera valorisée. 
 
Avec ce concept novateur, le quartier Ferney-Genève Innovation vise l’obtention du label « Territoires à énergie positive » et souhaite donc, via ce réseau qui sera intégré au sein d’un smart grid, augmenter la part des énergies renouvelables et réduire les émissions carbone du futur quartier.  
 
 Les conclusions de l’étude ont confirmé la demande potentielle liée à la fourniture de services cloud et d’hébergement IT dans une zone à proximité de grands acteurs du tissu économique régional. 
 
APL préconise la construction d’un data center de taille modérée (900 m²), afin que son taux de remplissage soit suffisant pour couvrir à la fois les besoins du réseau d’anergie et les besoins des futurs clients du centre de données. Le datacenter, à très haute continuité de service, sera intégré au sein d’un bâtiment mixte, comportant un système de récupération de la chaleur fatale. Ses équipements techniques lui permettront de fournir des services d’hébergement avec une efficacité énergétique accrue, 
 
APL étudie actuellement les candidatures des hébergeurs et clients intéressés par ce datacenter, Terrinnov ayant besoin de s’appuyer sur des professionnels de l’hébergement pour exploiter ce centre de données.


Facebook Twitter LinkedIn YouTube