smartcity-mag
SIIVim de Nevers : Les villes médianes peuvent aussi avoir de l'ambition

10/10/2020 Yannick SOURISSEAU

Comme le palais Ducal de la ville qui a du voir passer nombre de têtes couronnées, le SIIVim (Sommet International des Villes Médianes) organisé par la ville et l’agglo de Nevers pour la 3ème année consécutive ce 9 octobre, a acquis ses lettres de noblesses. Des décideurs, élus, gestionnaires, entrepreneurs, venus du monde entier, se sont pressés pour assister à ce rendez-vous que les plus éloignés pouvaient suivre grâce à deux plateaux TV installés au cœur de l’événement. Partenaire media de l'événement, la rédaction de Ville Intelligente était sur place pour capter l'ambiance, parfois très bruyante.

Pour cette troisième édition, les organisateurs du SIIViM, événement franco-canadien, organisé à Nevers en région Bourgogne-Franche-Comté, ont transformé l’essai des deux précédentes années. Malgré la crise sanitaire qui a contraint les organisateurs, l’agglomération de Nevers, et son Maire-Président en tête, Denis Thuriot, à réduire la voilure, les décideurs qu’ils soient élus des agglos et villes de taille moyenne, gestionnaires, entreprises, acteurs de la ville intelligente et surtout de taille humaine, se sont pressées dans les allées du démonstrateur installé dans la maison des sports de Nevers.
 
Élément intéressant et peu commun, issu directement du confinement lié à la pandémie de Covid-19, l’événement était organisé en mode « Phygital », c’est-à-dire physique et digital, de nombreux intervenants, notamment sur les plateaux TV installés au cœur de l’événement ont pu échanger en visioconférence avec ceux qui avaient fait le déplacement. Ce qui permettait d’accroitre la couverture internationale de cet événement qui prouve, si besoin était, le dynamisme de ce petit territoire. De quoi enthousiasmer son maire-président qui a accueilli pendant cette journée menée tambour battant, des délégations venues du Québec, avec lequel l’événement est co-organisé, mais aussi d’Asie et d’Afrique.
 
« L’idée de ce SIIViM, c’est de montrer qu’une ville comme Nevers peut avoir une ambition. Ce n’est pas la taille qui compte, ce sont surtout les moyens que l’on se donne et que l’on va chercher », déclare Denis Thuriot, le maire-Président de Nevers Agglo. « Les villes médianes représentent environ 30% de la population, étaient les grandes oubliées et c’est ça l’important. Le Gouvernement s’y intéresse dans le cadre de son action Cœur de Ville et son plan de relance, parce qu’on est agile et rapide. Ce n’est pas un combat contre les grosses métropoles, mais c’est montrer que ces territoires médians peuvent aussi offrir un développement intéressant ».
 
« Ça redonne de la fierté à des territoires qu’on n’attendait pas forcément dans le secteur de l’innovation »

 Et sur place les initiatives ne manquent pas. Placé idéalement, entre l’Ile-de-France et la métropole lyonnaise, ce territoire a des atouts, en dehors de son patrimoine, ses paysages et sa proximité avec une grande région viticole, poursuit le Maire-Président. « Après avoir fréquenté les grands salons, comme le CES de Las Vegas, j’ai eu envie de montrer qu’on était capable de faire, de montrer qu’on avait de l’intelligence, des startups, une envie de développer l’innovation ». Et peut-être plus facilement que les grandes métropoles avec un argument de taille, le rapport au citoyen usager, dont les élus se sentent plus proches. 
 
Malgré la crise sanitaire, le SIIVim à démontré qu’il avait toute sa place. « Je constate qu’il y a un certain engouement, ce n’était pas qu’une simple vue de l’esprit », poursuit Denis Thuriot, visiblement satisfait d’avoir lancé ce grand rendez-vous. « Ça redonne de la fierté à des territoires qu’on n’attendait pas forcément dans le secteur de l’innovation. Je suis très heureux d’avoir dis fin avril, après le confinement, de dire on le fait quand-même, on y croit ».  Bien sûr les exigences de la situation sanitaire ont quelque peu freiné les ardeurs de l’édile et de ses équipes. « Nous avions prévu plus grand, plus de sites, deux journées, mais il faut aussi être raisonnable et contribuer à l’effort national. Malgré tout on constate qu’il y a du monde, avec la présence de grands groupes pour assurer le financement de l’événement, ça permet d’affirmer que ça répond aux attentes de tous ». 
 
Même constat pour notre rédaction, partenaire et présente au grand complet, au cœur de ce sommet international, pour prendre la température auprès d’un certain nombre d’acteurs publics et entreprises que nous aurons l’occasion de vous présenter au fil des mois, au fur à mesure que notre support et sa web TV associée, en cours de mise en place, évolueront. Reynald Werquin, notre directeur de publication, assurait une grosse partie de l’animation du plateau TV 2, en compagnie de Marc-Lionel Gatto CEO & fondateur de MLG GROUP, Commissaire Général du VillageFrancophone, myGlobalVillage au CES de LasVegas. Les membres de l’antenne francilienne de Paris-Saclays, Tony Canadas et Franck Del Boccio étaient également présents. Une belle réussite donc, qui en amènera d’autres, et qui prouve que même les petites villes et territoires ruraux ont leur carte à jouer dans cette transition numérique et écologique et surtout « l’indiscutable modification sociétale qui devra se mettre en place à l’issue de la crise sanitaire que nous traversons », comme le soulignait un des intervenants. Et l’expérience de Nevers démontre, si besoin était que les territoires médians ne seront pas en reste, en contribuant, à leur niveau, à l’effort national. 

 



Facebook Twitter LinkedIn YouTube