smartcity-mag
The ARCH : prendre le large pour accélérer la transition écologique

21/12/2019 Yannick SOURISSEAU

Utiliser un paquebot à voile et des voiliers de compétition pour faire le tour de l’Europe écologique, c’est le projet un peu fou, mais chargé de sens, lancé par une association d’entreprises de l’Ouest, le « Club des 100 », dans le sillage de Damien Grimont, directeur de l’agence événementielle vannetaise : Profil Grand Large. Un projet dont l’objectif est de faire prendre conscience des enjeux dont doivent se saisir les pays, les entreprises et les citoyens pour réussir la transition écologique.

Damien Grimont, le directeur de Profil Grand Large  n’en est pas à son premier coup d’essai. En 2017, il était l’organisateur de « The Bridge », une course transatlantique entre le Queen Mary II et les « Class Ultim », ces trimarans géants qui pulvérisent tous les records de la course au large. Outre le succès populaire des villes de départ et d’arrivée, Saint Nazaire et New-York, cette course dont l’objectif était d’établir un pont entre l’Europe et les USA, dans le cadre du centenaire de l’intervention américaine lors de la Grande Guerre, avait réuni 1200 dirigeants d’entreprise sur le même bateau, pendant une semaine. Un moment fort à l’origine de nombreux projets commerciaux et de rapprochements d’entreprises. Damien Grimont, récidive en lançant, avec « le club des 100 », The Arch, un projet tout aussi ambitieux qui associera non seulement les entreprises de l’ouest, mais aussi celles d’Europe, autour d’un thème commun : la protection de l’environnement.
 
« Ce que l’homme a détruit, l’homme doit le réparer », explique Yves Gillet, président du Club des 100 et Président Chairman & CEO de Keran, un groupe d'ingénierie indépendant dont le siège est situé à Nantes (44), lors de son récent passage au tiers-lieu Angers French Tech. Keran propose une offre globale en urbanisme et paysage, ingénierie des infrastructures, environnement et infrastructure numérique, avec une ligne de conduite forte : « contribuer à un aménagement et à une gestion des territoires au service des hommes et en harmonie avec l’environnement ». 
 
« Dans la continuité de The Bridge, qui n’avait rien d’écologique, il s’agit cette fois de rassembler les bâtisseurs européens de demain », poursuit Yves Gillet en présentant le projet The Arch.
 
Véritable « arche de Noë de la transition écologique », The Arch se positionne comme un temps fort pour tenter d’accélérer, à l’échelon européen, la transition écologique. « Les acteurs européens ont un rôle à jouer », poursuit Yves Gillet. « The Bridge avait permis, avec les entreprises de lier émotion et réflexion. The Arch doit permettre de passer de la réflexion à l’action ».
 

Le tour de l’Europe décarbonée débutera en 2022
Tout comme l’événement précédent, The Arch qui partira de Nantes, pour un prologue vers Lisbonne, véritable ville de départ, « pour fêter les 500 ans de Magellan », s’appuiera sur une armada de grands voiliers de compétition, mais aussi d’un navire innovant sur le plan énergétique préfigurant l’ère d’une navigation zéro carbone. La mer, la voile, la compétition, l’innovation sont donc ancrées au cœur du projet qui doit permettre de voir naitre pendant son périple, de Lisbonne à Athènes, jusqu’à Helsinki, 100 solutions pour accélérer la transition écologique, selon 5 thématiques : habitat et villes, santé et alimentation, mobilité, énergie et industrie numérique.

« Il ne s’agit pas de simples projets, mais de vraies solutions innovantes à l’état de prototype, avec un modèle économique viable, ayant un fort impact sur la planète », appuie Yves Gillet. Le paquebot écologique est construit sur les chantiers de Saint Nazaire. Il embarquera les porteurs de projets, mais aussi les financeurs, lesquels pourront travailler ensemble pendant cette croisière qui ne devrait pas s'amuser. A ces projets industriels s’ajoutera un « Défi pour les jeunes », en première ligne pour l’avenir de la planète, portant sur la culture, la solidarité, l’enseignement, l’environnement, la citoyenneté. 
 
Le projet qui sera financé par des sponsors et la vente de cabines à bord du paquebot à voile, est officiellement lancé depuis cette fin d’année.  Mais « le tour de l’Europe décarbonée débutera en 2022 », précise le président de Keran. Le temps est donc désormais compté : « on a 700 jours pour accélérer la transition écologique en Europe avec un projet qui évolue tous les jours car nous essayons de le caler avec des événements déjà programmés », poursuit Yves Gillet, en rappelant, pour répondre aux questions de l’assistance qu’il ne s’agit d’entrer en concurrence avec des projets qui vont dans le même sens comme Energy Observer  ou encore Solar Impulse de Bertrand Piccard. « The Arch se propose d’être une vitrine de la transition écologique en partenariat avec tout ce qui existe ou se met en place », conclut Yves Gillet qui souhaite que, « si le projet est européen il doit se faire aussi avec les acteurs économiques de l’Ouest ». D’où sa venue à Angers terre du numérique et des objets connectés, pour faire se rencontrer, en amont du départ, éventuels financeurs et porteurs de projets.  

 

Présentation, en novembre 2018, du projet The Arch, au Club des 100, à l’Institut d’Etudes Avancées de Nantes 


Facebook Twitter LinkedIn YouTube