smartcity-mag
Une startup de Toulouse propose une valise pour filtrer l'eau impropre

10/04/2018

L'eau potable est un bien précieux et vital. Selon un rapport commun de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et l'UNICEF, publié en juillet 2017, moins d'un tiers de la population mondiale, soit près de 2,1 milliards de d'individus, n'a toujours pas accès à des services d’alimentation domestique en eau potable. Sunwaterlife, une société toulousaine a développé une technologie transportable qui pourrait les aider à avoir enfin accès à l'eau potable.

Imaginez un instant de vous arrêter sur le bord de la route pour boire un verre d'eau issu d'un étang pollué par des algues et des impuretés qui pourraient compromettre gravement votre santé. Purifier l'eau a l'aide d'une simple valise d'une quarantaine de kilos, équipée d'un système de filtration, d'une pompe et d'un panneau solaire, c'est un concept développé par la startup toulousaine « Sunwaterlife ». Ce système de filtration d'eau, qui peut-être utilisé partout dans le monde et notamment dans les zones où l'eau potable se fait rare, est surtout destiné aux régions désertiques d'Afrique sub-saharienne, d'Amérique du Sud ou encore d'Asie.

Cette unité de filtration, à la fois simple et ingénieuse est capable de filtrer au moins 700 litres d'eau par jour. Cette technologie baptisée « Aqualink » repose sur la filtration des eaux polluées afin d'éliminer tous les agents bactériens et viraux contenus dans les fleuves afin de rendre leur eau potable.Une solution utile pour les populations nomades.

« Le gros problème des pays en voie de développement c'est qu'il y a de l'eau, mais celle-ci est bien souvent contaminée. Il faut parfois marché pendant des heures pour trouver de l'eau propre dans des puits », explique Christophe Camperi Ginestet, co-fondateur de Smartwaterlife. 

La valise imaginée par l'équipe de Sunwaterlife est alimentée par un tuyau qui pompe l'eau depuis une rivière polluée grâce à un moteur alimenté par des panneaux solaires, ce qui permet de l'utilisé en des lieux dépourvus d'électricité. L'eau pompée est ensuite conduite dans 5 filtres qui bloquent les particules les plus fines. Du premier filtre qui possède des pores de l'ordre de 10 microns, c'est-à-dire entre 4 et 10 fois plus petit qu'un cheveu, aux suivants, capable de bloquer les bactéries, les globules rouges, les virus grâce à un filtre doté de pores de l'ordre de 0,01 micromètre, et enfin les sels, les pesticides ou encore les solvants. Cette unité de filtration autonome permet d'obtenir une eau potable répondant aux normes de santé publique et permettant d'alimenter un village de 200 personnes en produisant deux mètres cube d'eau par jour. Vendu 3.000 euros, ce système innovant coûte beaucoup moins cher que la livraison d'eau en bouteille, dans les situations d'urgence humanitaire.

L'entreprise toulousaine propose également d'autres modules de traitement de l'eau, autonomes en énergie et de plus grande capacité. Pour en savoir plus : www.sunwaterlife.com



D'autres entreprises s'investissent dans le traitement autonome de l'eau

La filtration d'eau impropre ou le dessalement d'eau de mer, utile pour les pays n'ayant pas accès directement à de l'eau potable, soit en permanence ou lors d'une catastrophe naturelle, n'est pas nouvelle. D'autres structures, à l'exemple de Watenergy une entreprise française qui s'investit dans l'énergie renouvelable, propose des conteneurs autonomes capable de traiter de l'eau propre ou salée a raison de 15 000 litres par jour d'eau potable.

« Notre activité consiste essentiellement à développer des systèmes économiques et mobiles de dessalement de l’eau de mer, de purification d’eaux impropres à la consommation et d’assurer une fourniture complémentaire d’électricité pour des sites isolés », affirme Marc Lassus, ingénieur de l'Institut National des Sciences Appliquées (INSA), infatigable homme d'affaires, fondateur de Gemplus, leader mondial des cartes SIM devenu Gemalto, société spécialisée en sécurité numérique.

Watenergy a lancé le programme « Waternergy – Garlaban », pour un projet d'énergies renouvelables appliquées au dessalement de l’eau de mer et la valorisation des ressources marines, en région PACA. Le concept consiste à apporter « un puits d'eau mobile »connecté pour créer « des micro-oasis de vie » et fixer les populations, selon La Provence. 



Facebook Twitter LinkedIn YouTube